Réforme des retraites : les annonces d’Edouard Philippe n’arrêtent pas la grève

Le 11 décembre, le Premier ministre Edouard Philippe a présenté les contours de la réforme des retraites devant le Conseil économique, social et environnemental (CESE) à Paris. Les mesures annoncées ont provoqué la colère de plusieurs syndicats dont la CFDT, premier syndicat français, qui appellent à une mobilisation massive des français le 17 décembre. 

C’était la promesse de campagne présidentielle d’Emmanuel Macron en 2017. Cette réforme entend fondre les 42 régimes spéciaux de retraite actuels en un seul régime universel. Dans ce système universel, 1 euro cotisé donnerait accès aux même droits, peu importe le statut du travailleur qui cotise. Ce projet, dont les contours étaient flous, a été clarifié par le Premier ministre Edouard Philippe mercredi 11 décembre. Des annonces qui n’ont pas convaincu les français : 59% des français soutiennent la grève selon une enquête Harris Interactive publiée le 12 décembre. 

Le système de retraite par points

Ce nouveau régime modifie la méthode de calcul actuelle des pensions de retraite. Alors qu’aujourd’hui la retraite est calculée en fonction de trimestres validés par les actifs, le projet veut que la pension se base sur l’accumulation de points. Un travailleur cotisera donc chaque année des points qui se transformeront en pension lorsque l’âge de la retraite sera atteint. 

Edouard Philippe a annoncé dans son discours que la conversion des points en euros sera indexée sur le salaire moyen de tous les actifs. Le Premier ministre a par ailleurs garanti que la valeur du point ne baissera pas. Il s’agit d’« une règle d’or ». La valeur des points sera fixée par les partenaires sociaux. 

Allocution d’Edouard Philippe devant le Conseil économique, social et environnemental (CESE) le 11 décembre à 12h.

La réforme appliquée pour la génération 2004 

Le nouveau régime sera institué dans sa totalité pour les jeunes âgés de 18 ans nés en 2004. La date d’entrée en application complète du système se fera donc en 2022 selon les propos d’Edouard Philippe. 

Les français nés entre 1975 et 2003 connaîtront une mise en application partielle de la réforme. Ces français recevront une pension basée sur les anciennes règles pour leur carrière exécutée jusqu’en 2025. Pour leur carrière effectuée après 2025, les nouvelles règles seront appliquées. Cette génération 75-2003 représente donc la transition « progressive » dont parlait Edouard Philippe. 

L’âge d’équilibre 

L’âge d’équilibre (ou pivot) est le point qui fait le plus débat. Le Premier ministre a annoncé que l’âge minimal de départ à la retraite est maintenu à 62 ans mais confirme la création d’un âge d’équilibre. Si un français souhaite prendre sa retraite avant cet âge pivot, sa pension sera minorée ; s’il prend sa retraite après, sa pension sera majorée. Selon Edouard Philippe, c’est une manière d’inciter à travailler après l’âge légal de prise de retraite. 

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT (Confédération Française Démocratique du Travail), estime que cette réforme encourage le travail acharné et sans limite. Ce syndicat, qui était l’un des seul à ouvrir le dialogue social avec le gouvernement, a encouragé une mobilisation massive le 17 décembre pour contester cette mesure paramétrique. Invité sur BFMTV le 12 décembre, Laurent Berger a finalement reconnu « qu’il faut retrouver le chemin du dialogue« . 

Cet âge pivot sera fixé à 62 et 4 mois le 1erjanvier 2022. Il est voué à augmenter tous les 4 mois jusqu’en 2027 pour atteindre les 64 ans. 

Les garanties

Bien que l’esprit de la réforme est de fondre les régimes spéciaux, Edouard Philippe a mentionné des professions qui bénéficieront d’une attention particulière du gouvernement. Il a été notamment question des policiers, en grève depuis le lancement de la mobilisation contre les retraites le 5 décembre. Le Premier ministre a assuré que les policiers auront le droit à un départ anticipé à la retraite fixé à 52 ans. Les syndicats policiers (dont Alliance Police Nationale) ont été accueillis le jeudi 12 décembre au Ministère de l’Intérieur et ont obtenus des garanties sur leur régime de retraite. Ils ont dès lors appelé à la fin du mouvement de mobilisation pour la profession. 

Les mesures particulières ont été accordées aux pompiers : ils auront un droit de retraite anticipé à 57 ans. Cette garantie n’a pas convaincu les syndicats de la profession, qui sont retourné dans la rue le 12 décembre dans toute la France. Les pompiers sont en grève depuis fin juin 2019 pour protester contre des conditions de travail dangereuses (agressions envers eux) et contre la sursollicitation dont ils sont sujets. 

Edouard Philippe a assuré aux fonctionnaires (dont les enseignants) que leurs pensions retraites ne baisseront pas bien que celle-ci sera calculée sur l’entièreté de leur carrière (et plus sur les 6 derniers mois). 

« Ce n’est pas parce que je fais un discours mercredi midi que les manifestations vont cesser. »

Edouard Philippe l’avait prédit. Son discours n’a pas calmé les mobilisations des syndicats. Pire, les annonces ont braqué la CFDT et la CFTC (Confédération française des travailleurs chrétiens), seuls syndicats défendant le système universel par point. 

Les syndicats déjà engagés dans le mouvement de mobilisation comme la CGT (Confédération Générale du Travail), FO (Force Ouvrière), FSU (Fédération syndicale unitaire, premier syndicat chez les enseignants) ou l’UNEF (Union nationale des étudiants de France) appellent à accentuer la contestation. 

La mobilisation nationale contre la réforme des retraites n’est donc pas prête de s’arrêter. La stratégie de l’exécutif, qui se veut ferme, n’a pour l’instant pas satisfait les français. 

Ecrit par @hamnysarah

4 réflexions sur “Réforme des retraites : les annonces d’Edouard Philippe n’arrêtent pas la grève

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s