Municipales : un scrutin pas si facile à comprendre [1/2]

Alors que les élections municipales avancent à grand pas, Sarah’conte le monde fait le point sur le scrutin des élections municipales.

Le 15 et 22 mars prochains, les 47 millions d’électeurs français et européens seront appelés à voter pour le maire de leurs communes. Selon un sondage OpinionWay-Square Management diffusé le 17 février, 68% des Français se disent concernés par les élections municipales. Comment s’organise le scrutin des élections ? 

Élection directe ou indirecte ? 

Les élections municipales sont des élections au suffrage universel indirect. Concrètement, les électeurs votent pour des conseillers municipaux qui voteront pour leur maire. Selon le nombre d’habitants des communes françaises, les règles du scrutin changent.

Les communes de 1 000 habitants et plus 

Pour les communes comptabilisant plus de 1 000 habitants, le scrutin est proportionnel avec « prime majoritaire » pour la liste victorieuse explique le site de Vie publique. Concrètement, si une liste obtient la majorité absolue, elle obtient la moitié des sièges au conseil municipal. Le reste des sièges à pourvoir est réparti à la proportionnelle pour les listes ayant obtenu plus de 5% des voix. Si un second tour est nécessaire, la liste ayant obtenu la majorité relative obtient la majorité des voix et le reste des sièges est réparti à la proportionnel pour les listes ayant obtenu plus de 10% des sièges. 

Dans ces villes, le scrutin est également de liste. Les électeurs n’ont pas la possibilité de choisir les personnes pour lesquelles ils souhaitent voter ni de faire du panachage. Cette pratique vise à ce qu’un citoyen puisse modifier une liste en remplaçant certains candidats par d’autres. La liste d’une ville comptabilisant plus de 1 000 habitants doit en plus être paritaire, c’est-à-dire contenir une mixité hommes/femmes. 

Les communes de moins de 1 000 habitants 

Les communes de moins de 1 000 habitants ont un scrutin plurinominal. Les prétendants à la mairie peuvent présenter une candidature « isolée ou regroupée » selon les explications de Vie publique. Les électeurs ont en plus la possibilité de faire du panachage si les candidats se présentent dans une liste.

Le scrutin est aussi majoritaire. Les élus sont ceux qui remportent la majorité des suffrages exprimés. Pour être élu dès le premier tour, le candidat doit obtenir la majorité absolue des voix et surtout représenter 1/4 des électeurs. Au second tour, le vainqueur sera celui qui a obtenu la majorité relative. 

La spécificité de Paris, Marseille et Lyon 

Bien que les règles de scrutin sont les mêmes que pour les villes de plus de 1 000 habitants (proportionnel, de liste et à 2 tours), les élections municipales dans les trois plus grandes villes de France sont spécifiques. Elles ne se font pas à l’échelle de la ville mais à l’échelle des secteurs. Généralement, un secteur représente un arrondissement de la ville. Mais à Marseille, un secteur rassemble 2 arrondissements. Dans ces trois villes, les électeurs votent pour leurs conseillers d’arrondissements. A Paris, il y a 340 conseillers d’arrondissements. Ceux-ci votent pour les maires d’arrondissements. Le tiers des conseillers d’arrondissement siège au conseil municipale de la ville. Ce sont ces conseillers municipaux qui se réunissent pour désigner le maire explique CNEWS dans un article. A Paris, il y a par exemple 163 conseillers de Paris qui auront pour tâche de désigner le maire de la ville parmi eux. 

L’enjeu du scrutin municipal 

Les résultats des élections municipales sont une sorte de test pour le parti présidentiel La République en Marche !. Francetvinfo précise en effet que LREM est « très faiblement implanté localement » et que donc « une victoire dans une grande ville serait de bon augure pour la suite ». La suite, ce sont les élections présidentielles de 2022. Une faible implantation locale de LREM serait synonyme d’une défiance des citoyens français vis-à-vis du président et pourrait alors inquiéter sa réélection. Ce risque est d’autant plus accentué actuellement avec le manque de popularité du projet de loi de la réforme des retraites. 

Le mot de la fin 

Alors… vous y voyez plus claire en ce qui concerne les élections municipales 2022 ? Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à me laisser des commentaires ou à me contacter sur mes réseaux sociaux (les liens sont en début d’article). Je vous quitte avec cette vidéo du Monde qui résume très bien le scrutin des élections municipales. 

Écrit par @hamnysarah.

Une réflexion sur “Municipales : un scrutin pas si facile à comprendre [1/2]

Répondre à Fatima El mellahi Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s