Le débrief : l’actualité de la semaine

Les 5 chiffres de la semaine

15 000 emplois dans le monde seront supprimés par le constructeur automobile français Renault dont 4 600 en France a annoncé le 29 mai le groupe dans un communiqué. Ces suppressions d’emplois s’inscrivent dans le plan d’économies de  2 milliards d’euros que prévoit Renault sur trois ans. Lors d’une conférence de presse le 29 mai, Jean-Dominique Senard, le président de Renault, a aussi annoncé la fermeture d’un site en France, celui de Choisy-le-Roi dans le Val-de-Marne. 

15%. Les entreprises vont dorénavant payer 15% du chômage partiel. Jusque-là, le gouvernement indemnisait à 100% tous les salariés français. L’exécutif a donc décidé de baisser sa contribution dans l’indemnisation des salariés et d’augmenter celle des entreprises.

750 milliards d’euros pour relancer les économies de l’Union européenne, touchées par la pandémie de Covid-19. C’est ce qu’a dévoilé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, le 27 mai. Ce fond de relance sera alimenté par des emprunts de la Commission au nom de l’Union européenne. Cette opération, encore inédite pour l’Union européenne, nécessite la coordination des États membres qui risque d’être longue.

100 000 morts aux Etats-Unis. Ce seuil a été franchi le 26 mai selon le comptage de l’université Johns Hopkins. Le 24 mai, le New York Times a titré à sa Une « Près de 100 000 morts aux Etats-Unis, une perte incommensurable ». A cette occasion, le quotidien new-yorkais a décidé de rendre hommage à ces victimes en présentant les noms et l’histoire de 1000 personnes décédées du Covid-19. 

Le journal explique avoir voulu présenter « qui étaient ces gens » derrière les chiffres et statistiques présentés quotidiennement. Sur le site du New York Times, vous pouvez retrouver l’incroyable travail qui a été fait.

1 seul cas actif au Covid-19 a été recensé en Nouvelle-Zélande le 29 mai. Le directeur général de la santé néozélandais, Ashley Bloomfield, a annoncé le 29 mai un septième jour consécutif sans nouveau cas de Covid-19 dans le pays. 

Les 5 personnalités de la semaine

George Floyd, un Afro-américain de 46 ans, a perdu la vie le 25 mai après avoir été étouffé lors d’un contrôle de police à Minneapolis, aux Etats-Unis. L’homme était soupçonné d’avoir utilisé un faux billet de 20 dollars. La vidéo, qui a circulé sur les réseaux sociaux, le montrent les mains attachées, plaqué au sol contre la roue de son véhicule. Un policier blanc, Derek Chauvin, maintient son genou sur son cou. George Floyd répète : «Je ne peux pas respirer, je vais mourir». Il est transporté en ambulance jusqu’à l’hôpital, où il est déclaré mort. Ce décès a suscité l’indignation sur les réseaux sociaux et auprès de la population américaine. Comme l’explique un article de franceinfo, cette affaire en rappelle bien d’autres aux Etats-Unis comme celle de Ahmaud Arbery, un joggueur noir tué par deux hommes blancs en février 2020.

Depuis le décès de Georges Floyd, des rassemblements ont eu lieu pour lui rendre hommage et pour dénoncer les bavures policières contre les Afro-américains. Le 28 mai, des manifestants ont incendié le commissariat de police après deux nuits consécutives de heurts liées à la mort de Georges Floyd. Le gouverneur de l’Etat du Minnesota a décrété le 28 mai l’état d’urgence. Le gouverneur a par ailleurs autorisé la mobilisation de 500 soldats de la Garde nationale. Le policier mis en cause dans la mort de Georges Floyd a été inculpé le 29 mai d’homicide involontaire. Cette inculpation n’est néanmoins pas prête d’arrêter la mobilisation de la population américaine. 

Pour approfondir cette actualité :

https://www.20minutes.fr/monde/2789431-20200530-mort-george-floyd-manifestations-etendent-plusieurs-villes-etats-unis

https://www.lefigaro.fr/international/manifestations-apres-la-mort-de-george-floyd-le-minnesota-decrete-l-etat-d-urgence-20200529

Prahlad Jani, un yogi indien qui disait n’avoir ni mangé ni bu depuis ses 11 ans est mort de vieillesse le 26 mai à l’âge de 90 ans. Il affirmait être béni par une déesse, lui permettant ainsi de vivre sans se nourrir et boire. Ses propos n’ont jamais été vérifié par des médecins ni par la science. 

Sibyle Veil, la présidente du groupe Radio France, a annoncé le 27 mai que le groupe suspend les négociations en ce qui concerne son vaste plan de départs volontaires et décide de l’ajuster d’ici la rentrée pour tenir compte des conséquences de la crise sanitaire. Sibyle Veil avait présenté en novembre 2019 un plan qui prévoyait notamment 299 départs volontaires (soit environ 7% des effectifs) afin de faire des économies de 60 millions d’euros sur le budget de Radios France. Une décision qui a provoqué un mouvement de grève dès le 25 novembre. 

Patrick et Isabelle Balkany ont été condamnés le 27 mai en appel respectivement à 5 et 4 ans de prison ferme, sans incarcération immédiate, pour blanchiment aggravé de fraude fiscale. Le couple se voit aussi infliger dix ans d’inéligibilité ainsi qu’une amende de 100.000 euros.

Cédric O, le secrétaire d’Etat au numérique a annoncé le 31 mai que l’application StopCovid sera disponible sur tous les smartphones dès le 2 juin.  L’application pour portables doit permettre aux utilisateurs d’être alertés s’ils ont croisé une personne contaminée par le Covid-19. Chacun sera libre de télécharger ou non ce programme de traçage qui pose la question de la transmission des données personnelles.

Les 5 actualités de la semaine

1- L’hydroxychloroquine, c’est finit. Le gouvernement a abrogé le 27 mai les dispositions  autorisant la prescription de l’hydroxychloroquine contre le Covid-19 à l’hôpital en France, hors essais cliniques. Une décision prise à la suite d’un avis défavorable du Haut conseil de la santé publique publié le 26 mai. L’usage de la chloroquine contre le Covid-19 a pourtant été pendant longtemps défendu en France comme partout dans le monde. Dans une publication Instagram du 26 mai, franceinfo a listé tous les politiques qui ont fermement défendu ce médicament. Ségolène Royal, Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Philippe Douste-Blazy, la liste est longue. 

2Déconfinement. Le premier ministre Edouard Philippe a détaillé le 28 mai la deuxième étape du déconfinement en France. Il n’y a plus de zones rouges en France. Tous les départements sont en vert à part Mayotte et l’Ile-de-France, devenus orange. Les bars et restaurants pourront rouvrir à partir du 2 juin dans tout le territoire français. Dans les zones oranges, les restaurants en intérieur restent interdits. En ce qui concerne l’Education nationale, le bac de Français pour les élèves de première est officiellement annulé et il est remplacé par un contrôle continu. En zone verte, les collèges et les lycées rouvrent. En zone orange, les collèges rouvrent pour les élèves de 6ème et 5ème. « Si les conditions matérielles sont réunies », les classes de 4è et 3è pourront aussi retrouver leurs classes de cours. En ce qui concerne les lycées en zone orange, la réouverture des lycées professionnels est la priorité puisqu’ils ont besoin d’une certification.  La limitation des 100 kilomètres pour les déplacement est finie. D’ici le 15 juin, la réouverture des frontières européennes est envisageable pour la France. Les parcs et jardins doivent rouvrir partout en France. Les piscines, les salles de sport, les salles de fête rouvrent le 2 juin en zone verte mais seulement le 22 juin en zone orange.

3-Donald Trump en guerre contre Twitter ?  2 tweets de Donald Trump ont été signalés comme trompeurs par le réseau social. La mention « vérifier les faits » est apparue sous plusieurs de ses publications. Le président accuse Twitter d’étouffer sa liberté d’expression et d’interférer volontairement avec l’élection présidentielle de novembre 2020.

4-Hongkong adopte une loi controversée. Le Parlement chinois, à l’occasion de son Assemblée nationale populaire, a adopté une loi renforçant la présence sécuritaire chinoise à Hong Kong. La loi permettra notamment d’ « empêcher, stopper et réprimer toute action qui menace gravement la sécurité nationale, comme le séparatisme, la subversion, la préparation ou la commission d’activités terroristes ». Cette mesure a été prise par le gouvernement central dans un contexte où les manifestations pro démocraties contre l’exécutif se font récurrentes. La loi pourrait remettre en cause le principe « un pays, deux systèmes » élaboré à l’occasion de la rétrocession par le Royaume-Uni de Hongkong à la Chine en 1997. Ce principe permet à Hongkong d’avoir une certaine autonomie dans plusieurs domaines. Les Etats-Unis ont en ce sens enclenché un processus de sanctions en réaction. Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a laissé entendre le 27 mai que les Etats-Unis pourraient retirer à Hong Kong le statut commercial préférentiel si cette loi était votée.

5-Une menace mise a exécution. Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a annoncé le 29 mai mettre fin aux relations avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en pleine pandémie de Covid-19. Le président a expliqué devant la presse que l’OMS a « échoué à faire les réformes nécessaires et requises ». Donald Trump accuse depuis des semaines l’OMS d’être partiale et d’être contrôlée par la Chine alors que les Etats-Unis sont le pays investissant le plus d’argent dans l’institution onusienne. 

Le billet média

Je ne pouvais terminer cet article sans parler d’un documentaire que j’ai visionné cette semaine. Il s’agit d’Algérie, mon amour, réalisé par le journaliste Mustapha Kessous et diffusé sur France 5 le 26 mai. Cinq Algériens d’âges et de parcours différents expliquent leur engagement dans le mouvement protestataire du Hirak.  Déterminés à bâtir une Algérie plus démocratique et libertaire, ces Algériens racontent leurs espoirs mais aussi leurs désillusions après un an de mobilisation. Je vous laisse ici avec une sélection de témoignages que j’ai trouvé très marquants

« Après la démission de Bouteflika, le vernis de la démocratie a craqué et on a tous vu qui dirigeait réellement le pays. C’était l’armée! » Hania, technicienne de cinéma .

« Le manque de libertés me pousse à vouloir quitter ce pays. Je ne veux pas élever mes enfants dans ce pays. Je veux qu’ils aient un pays où ils se sentiront libres pour vivre pleinement leurs rêves, exprimer clairement leurs idées, circuler librement » Athmane, avocat 

« Mon frère voit son avenir en noir ici en Algérie » Mehdi, ingénieur 

« L’amour en Algérie est un tabou. Pour avoir une vie de couple, on doit se marier. On n’a pas le droit d’aimer. » Anis, étudiant et ses amies 

« C’est compliqué d’être une femme en Algérie. Sociologiquement, la femme a du mal à se faire une place. Peu importe son milieu, la femme est une éternelle mineure, toujours sous la tutelle d’un homme. » Sonia, psychologue

Leurs témoignages sont ponctués par des éclairages historiques et politiques de l’Algérie. La colonisation, la guerre d’indépendance, l’arrivée au pouvoir du FLN, tous ces évènements historiques ont bâtit l’actuelle Algérie. Je vous conseille vivement d’aller le voir, vous pouvez le retrouver sur le site de france.tv. N’hésitez pas à me faire des retours si vous l’avez regardé. A la semaine prochaine.

Écrit par @hamnysarah.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s